Ces dernières années, la protection de l’environnement figure parmi les premières préoccupations du gouvernement. Il a alors soumis quelques zones au Plan de Protection de l’Atmosphère afin de réduire la pollution au maximum. La ZTL qui permet de restreindre le nombre des véhicules qui empruntent les rues contribue à son respect, mais la ville de Nantes l’a adopté bien plus tôt. Les détails.

Définition et règlementation

ztl

La ZTL est une rue dédiée à l’usage des piétons, des véhicules non motorisés à deux roues, des bus et des professionnels ou des ayants droit comme les livreurs, les riverains ainsi que les services de sécurité. Les vélos à moteur n’ont pas le droit d’y circuler sauf s’ils ont un macaron.

Effectivement, elle se subdivise en deux secteurs et l’identification des utilisateurs se fait avec des macarons, à savoir : le macaron jaune pour les personnes aptes à se servir des rues qui se trouvent dans leur propre secteur et le macaron violet pour ceux qui ont le droit d’utiliser toute la ZTL. Sans l’une de ces autorisations, il n’est pas possible d’y passer sauf aux heures définies par les règlementations.

Aucune borne ne la délimite et il appartient seulement aux usagers de faire preuve de civisme pour éviter les sanctions. D’après le code de la route, à l’article R411-26, une infraction peut être pénalisée de 35€.

La première ZTL a été mise en place en Italie. Dans ce pays, les autres véhicules peuvent y accéder, mais en dehors des heures de pointe. En France, c’est la ville de Nantes qui a mis en place ce concept en 2012.

La ZTL à Nantes

ztl nantes

L’objectif de la mise en place de la ZTL est d’agrandir les zones destinées aux piétons, aux vélos et aux transports publics afin de fluidifier le trafic dans le centre-ville. Ce dispositif permet de réduire le nombre de véhicules qui y circulent et de faciliter l’accès des chronobus et des tramways.

Depuis l’adoption de la ZTL, les usagers utilisent de plus en plus les vélos pour leur déplacement. En effet, en 2014, selon Vélogik, le nombre de cyclistes recensés a atteint les 4000/jour alors qu’en 2013, ils n’étaient encore que 2850.

Même si elle a été adoptée plus tôt, cette disposition prise par la ville de Nantes correspond à l’appel à projets du ministère du développement durable intitulé « Villes respirables en 5 ans ». Ce dernier est destiné aux collectivités qui se trouvent dans les zones ayant un Plan de Protection de l’Atmosphère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *