Votre assurance automobile vous permet de bénéficier d’une indemnisation en cas d’accident, à condition de fournir un constat amiable à votre assureur, au plus tard 5 jours ouvrés après l’accident. Par la suite, une expertise automobile est sollicitée pour étudier votre dossier, puis en fonction des conclusions qui en découlent et de l’assurance souscrite, l’assureur va déterminer s’il doit vous indemniser ou pas. L’indemnisation n’est donc pas automatique.

L’expertise révèle que vous êtes responsable de l’accident

Lorsque l’accident survient entre au moins deux véhicules, l’une des tâches de l’expert consiste à déterminer le conducteur fautif. S’il établit que c’est vous qui avez failli, plusieurs possibilités sont alors envisageables.

Si vous disposez uniquement d’une assurance responsabilité civile, votre assureur ne vous accorde aucune indemnité.

assurance dommage matériel

Si vous avez souscrit à la garantie dommages tous accidents, vous serez remboursé à hauteur de la franchise prévue par la formule que vous avez souscrite. Vous pourrez donc avoir à compléter les dépenses si les dégâts occasionnés entraînent un coût supérieur à la somme maximale que l’assureur est censé vous octroyer.

Si vous avez contracté une garantie dommage collision, l’assureur vous accorde une indemnisation en cas de collision avec un piéton ou un animal dont le propriétaire est identifié.

Accident avec responsabilité partielle avec ou sans garantie tous risques

Ici, les assureurs de toutes les personnes impliquées dans l’accident se partagent les frais de réparation des dégâts matériels.

Accident non responsable : dans ce cas, c’est l’assureur du fautif qui se charge de payer les indemnités.

Les différentes formes d’indemnisation : réparation ou remboursement

assurance réparation remboursement

En fonction de l’état du véhicule après l’accident, l’assureur peut procéder à sa réparation ou à un remboursement.

Réparation du véhicule

Si le véhicule est déclaré réparable à l’issue de l’expertise, l’assuré se charge des frais de réparation chez le garagiste de son choix, avant de demander un dédommagement total ou partiel en fonction de la franchise prévue par le contrat d’assurance.

Véhicule irréparable

Lorsque le véhicule est irréparable, l’assuré peut le revendre à la boîte d’assurance en échange d’une somme égale à la valeur de garantie définie dans le contrat. Si c’est la valeur vénale de l’automobile qui est considérée, il s’agira alors de son estimation avant l’accident. Dans certains cas, c’est la valeur de remplacement (prix d’une voiture d’occasion de la même catégorie dans un état similaire) qui est prise en compte.

Assurance : l’indemnisation des dommages matériels
Ces informations sont-elle correctes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *