Pour des raisons économiques et environnementales, le covoiturage est un procédé intéressant pour le conducteur, mais également pour le ou les passagers. Voici quelques points essentiels à savoir pour se lancer dans le covoiturage.

Connaitre les obligations du conducteur et du passager

Le propriétaire de la voiture doit posséder une assurance qui couvre totalement les accidents que peuvent subir le conducteur et ses passagers, ainsi que la voiture elle-même. En effet, sans ce type d’assurance, les dépenses liées aux accidents seront à la charge du propriétaire. L’idéal serait de souscrire à une assurance responsabilité civile, car elle couvre la totalité des frais en rapport avec les dommages subis par les personnes présentes dans le véhicule lors de l’accident.

covoiturage obligations conducteur

Pendant le trajet, le passager doit respecter les règles de droit commun, car le covoiturage n’est pas un pacte professionnel où il peut disposer du véhicule et du conducteur comme bon lui semble. Le passager doit donc avoir un minimum de savoir-vivre pour que le trajet se déroule sans encombre.

Trouver le bon compagnon de route et définir la participation

Le covoiturage est un procédé gagnant-gagnant où le conducteur et le passager se rendent mutuellement service. Il ne s’agit en aucun cas d’une activité professionnelle où le service est rendu en contrepartie d’une rémunération. À cet effet, le chauffeur doit trouver une ou des personnes qui sont susceptibles de faire le même trajet que lui. Pour cela, il peut faire des petites annonces en ligne, en parler à son entourage, recourir à des sites spécialisés dans ce genre de procédé.

Une fois le ou les passagers trouvés, ils doivent se mettre d’accord sur les frais de participation en fonction des dépenses occasionnées pour le trajet. À savoir, le prix du carburant, les frais d’entretien du véhicule, les péages.

Résoudre un litige de covoiturage

covoiturage litiges

Vu que le covoiturage n’est pas une activité professionnelle, le conducteur ne doit pas être rémunéré sauf pour les frais de participation. Cependant, dans le cas où le chauffeur arrive à en tirer des profits, le passager peut en référer aux associations de défense des consommateurs agréés (https://www.service-public.fr/associations/vosdroits/F1126). Le conducteur devra alors s’acquitter d’une amende et déclarer ses profits au Fisc.
Le retard et l’annulation sont souvent des motifs de litige en matière de covoiturage. Cependant vu qu’il s’agit d’un service entre particulier sans contrat ni rémunération, aucune des deux parties n’est tenue d’indemniser l’autre dans ces cas de figure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *