Le barème kilométrique permet à un salarié de calculer et de déduire ses frais réels professionnels de son impôt sur le revenu. Voici les explications.

À quoi sert le barème kilométrique ?

L’administration fiscale applique automatiquement une déduction forfaitaire de 10 % sur l’impôt sur le revenu d’un salarié. Cependant, si vos dépenses inhérentes à votre emploi représentent un montant supérieur à l’abattement de 10 %, vous pouvez opter pour la déduction des frais réels lorsque vous déclarez vos revenus.

Les frais réels correspondent aux dépenses liées à l’utilisation de votre voiture pour vous rendre sur votre lieu de travail. Pour cela, le fisc établit chaque année un barème qui permet de simplifier le calcul des frais réels professionnels.

Que prend en compte le barème kilométrique ?

barème km

Le barème kilométrique est calculé en fonction de la puissance fiscale de votre voiture, 7 CV maximum, et en fonction des kilomètres parcourus pour exercer votre métier.

Le barème prend également en compte l’assurance de la voiture, sa dépréciation, les frais de pneumatiques, sa consommation de carburant et les frais de réparation et d’entretien.

En revanche, les dépenses relatives aux passages de péages et aux stationnements ne sont pas prises en compte dans le calcul des frais kilométriques.

Quelles sont les déplacements à déclarer ?

barème km déclarer déplacements

Les déplacements déductibles de l’impôt sur le revenu concernent les trajets du domicile au lieu de travail, la double résidence, les déplacements professionnels durant les heures de travail, et le déménagement.

La distance maximale que l’on peut déclarer est de 40 km pour un trajet aller, soit 80 km aller-retour par jour.
Les kilomètres excédentaires ne pourront être pris en compte.

Toutefois, des dépassements kilométriques peuvent êtres déductibles si vous pouvez justifier d’une situation particulière directement liée à votre emploi ou bien liée à une circonstance familiale ou sociale. Exemple : mutation, problème de scolarisation d’un enfant, difficulté à trouver un travail proche du domicile….

Enfin, un seul aller-retour quotidien est, généralement, accepté. Mais si vous vous trouvez dans certaines situations professionnelles (horaires atypiques : longue pause déjeuner par exemple) ou personnelles (aide d’une personne vivant à votre domicile par exemple), vous pouvez alors déclarer un deuxième aller-retour par jour.

Pour en savoir plus,cliquez sur : https://www.economie.gouv.fr/particuliers/bareme-kilometrique.

Le barème kilométrique
Ces informations sont-elle correctes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *