Le gouvernement parle de vies sauvées. Les usagers de la route quant à eux ne sont pas unanimes sur le sujet. Certains pensent que si ça peut faire ralentir “les chauffards”, c’est une bonne chose. D’autres s’insurgent contre ce qu’ils disent être un matraquage et une “pompe à fric”. Le but de cet article n’est pas de prendre position ou d’alimenter la polémique mais plutôt de vous expliquer ce qui se passe lorsque vous êtes flashé.

Vous avez vu un flash émanant d’un radar fixe juste au moment ou vous passiez :

Sachez alors que ce n’est pas forcément vous qui avez été pris. En effet de nombreux radars sont à double sens. Il est ainsi possible que ce soit un véhicule que vous avez croisé qui ait été pris.

Vous avez été flashé par un radar mobile :

C’est un dispositif en deux parties, la première se compose d’un opérateur qui se tient dans une voiture à l’arrêt équipée d’un radar “dit mobile”. La 2ème partie se situe un peu plus loin, c’est le point d’interception et de verbalisation composé de plusieurs policiers ou gendarmes. Par conséquent si c’est vous qui avez été flashé, vous le saurez 1 à 2 minutes plus tard.

Mais les radars mobile n’ont pas forcément un dispositifs d’interception à proximité. Dans ce cas là, il vous faut attendre pour savoir si c’est vous qui êtes concerné par ce flash.

Il existe aussi ce que l’on appelle les voitures radars.

Elles circulent normalement et peuvent flasher les véhicules qu’elle suivent, ceux qu’elles croisent et ceux qui la doublent. Dans ce cas vous ne verrez pas de flash.

Que se passe t-il ensuite ?flashé radar ensuite

Si vous n’avez pas été verbalisé dans la foulée, vous recevrez un avis de contravention, c’est un procès verbal. Il décrit l’infraction (vitesse constatée, vitesse retenue, lieu, vitesse autorisée à cet endroit, coordonnées du véhicule etc). L’effet de cette amende sur votre permis de conduire (nombre de points enlevés). Vous pouvez soit régler la contravention soit la contester.

Le délai pour recevoir le PV varie en fonction du type de dispositif, à titre indicatif il est 5 à 10 jours pour un radar automatique. Sinon entre 15 jours et un mois. Le délai maximal prévu par la loi est d’un an.

Il existe une tolérance au niveau de la vitesse :

types radars

Les radars fixes sont des instruments en principe très précis. Mais l’administration admet une marge d’erreur, elle varie en fonction de la vitesse à laquelle vous roulez.

Si la vitesse est comprise entre 50 et 90 km/h la tolérance est de 5 km/h. Ainsi vous ne serez flashé qu’à partir de 56 km/h en agglomération. Ou 76 km/h pour une vitesse limitée à 70 km/h. Les vitesses retenues seront alors respectivement de 51 et 71.

Pour les vitesses supérieures, c’est un pourcentage de 5% qui est appliqué, ce qui correspond à une tolérance de

  • 5.5 à 110 km/h soit 116 km/h.
  • 6.5 à 130 km/h soit 137 km/h.

Les radars mobiles et les radars en mouvement ont une marge plus large :

De 50 à 100, elle est de 10 km/h. Puis au dessus de 100 elle est de 10%, soit :

  • A 50 elle est fixée à 61 (vitesse retenue 51)
  • A 80 elle est fixée à 91 (vitesse retenue 81)
  • A 110 elle est fixée à 122 (vitesse retenue 111)
  • A 130 elle est fixée à 143 (vitesse retenue 131)
  • A 180 elle est fixée à 198 (vitesse retenue 181)

Et pour finir, sachez que c’est le radar lui même qui applique automatiquement la marge d’erreur. C’est ainsi que sur route à double sens limitée à 80, il ne se déclenchera qu’à partir de 86 km/h, la vitesse retenue sera alors : 81 km/h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *