Faisant partie des quadricycles, les quads sont généralement classés tout-terrain. Arrivés en France dans les années 90, ils deviennent de plus en plus tendance actuellement. Il est aujourd’hui devenu une grande source économique puisque la vente a bien augmenté cette année.

Les quads et les voies publiques

Lourd ou léger, ce genre de véhicule fait partie de la catégorie des quadricycles à moteur. Toutefois, son utilisation en ville est bien entendu soumise à un ensemble de codification. Par ailleurs, seuls les quads ratifiés sont reconnus légalement, et peuvent être exploités sur les routes ouvertes sur la voie publique. Cela dit, il existe des modèles de quads qui ne peuvent circuler que sur les petites routes comme le quad 50 cc et le quad 125 cc par exemple.

quad voie publique

Quelle que soit sa cylindrée et sa taille, sachez que tout quad ne doit pas rouler aussi bien sur les voies rapides que sur les autoroutes. Pour ce qui est des quads non reconnus, ils sont seulement réservés aux territoires privés ce qui signifie qu’ils sont totalement interdits sur les voies publiques. Par ailleurs, s’ils sont homologués, ils se doivent de se plier et de respecter la vitesse maximale accordée dans la règlementation afin de ne pas gêner les autres véhicules.

Les quads et les espaces naturels

quad espaces naturels

L’utilisation des quads dans les espaces ruraux et naturels est tout à fait interdite par la loi selon le décret de l’article L. 362-1 du Code environnemental. Cela dit, il existe des exceptions prêtes qui peuvent être admises comme les propriétés privées par exemple. Par ailleurs, cet usage peut ainsi notamment se justifier au sein d’une exploitation agricole ou d’une cavale policière. Ils peuvent vraiment servir pour remplir des tâches pour des services publics… Toujours faut-il que le motard doive prendre en considération tous genres de nuisances que peut provoquer le quad en question.

Les sports motorisés

Depuis les dix dernières années, les quads entrent en compétitions diverses grâce à l’autorisation préfectorale issue de l’article « L. 362-3 » du code environnemental. Si dans la plupart des cas, il peut s’avérer impossible de conformer le respect des sites, la sauvegarde des cours d’eau, la protection des espaces naturels, la protection de la faune et de la flore et bien d’autres encore avec les pollutions et dégradations occasionnées pouvant se manifester au cours de leurs trajets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *