La Métropole de Lille a décidé de s’engager contre la pollution de l’air. Le but est de lutter contre la propagation de la CO2 et des fines particules dans l’air. La Métropole de Lille a adopté la zone à faible émission. La zone à faible émission consiste à éliminer progressivement les véhicules les plus polluants de la circulation.

La zone à faible émission (ZFE)

zfe véhicule lille

Dans la Métropole de Lille, la ZFE s’applique sur 11 communes. Les communes concernées par la zone à faible émission dans la Métropole européenne de Lille sont : Lille-Hellemmes, Lomme, Sequedin, Haubourdin, Loos, Faches-Thumesnil, Ronchin, La Madeleine, Saint-André-Lez-Lille, Marquette-lez-Lille et Lambersart.

La mesure de restriction a été mise en place pour être permanente dans ces zones-là, c’est-à-dire du lundi au dimanche, 24 h/24. Prévoyant l’application de la zone à faible émission dans ces communes-là en janvier 2021, la Métropole européenne de Lille a du retardé l’action pour janvier 2022 à cause de la crise sanitaire.

L’entrée et la sortie dans la zone à faible émission sont marquées par des panneaux. Les panneaux indiquent les véhicules concernés par la restriction.

Des dérogations peuvent s’appliquer dans les cas d’urgence. Ces dérogations touchent plus précisément les voitures utilitaires comme les ambulances.

Véhicules concernés par l’interdiction de circulation à Lille

Les véhicules dans la Métropole de Lille sont classés selon des vignettes Crit’Air. Il s’agit de certificats de qualité de l’air. Elles permettent alors de mesurer le taux de pollution de l’air engendré par le véhicule.

Depuis le janvier 2022, la Métropole européenne de Lille a décidé d’introduire progressivement la zone à faible émission avec une période d’essai et de sensibilisation.

véhicules concernés interdiction lille

Les véhicules les plus polluants, c’est-à-dire les voitures utilitaires et les poids lourds et camionnettes avec les vignettes Crit’Air 4 et 5 et les non classés ne pourront plus circuler ou se stationner dans la Métropole Lilloise. Environ 22 % du parc automobile de la Métropole de Lille sont touchés par cette interdiction de circulation.

Ces véhicules à vignette Crit’Air 4 et 5 sont responsables d’une grande partie des émissions de gaz polluant dans la Métropole Lilloise. Les véhicules concernés sont les voitures anciennes immatriculées avant 1997, les voitures à essence d’avant 2006 et les diesels d’avant 2009 ainsi que les poids lourds.

Progressivement, la restriction va aussi toucher les véhicules des particuliers avec les vignettes Crit’Air 4 et 5 et les non classés.

En 2022, la Métropole européenne de Lille estime qu’il n’y aura plus de véhicule classé en catégorie Crit’Air 4 et 5 et non classé dans la circulation de la zone à faible émission. La Métropole européenne estime alors la norme minimale en 2022 au véhicule à vignette Crit’air 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *